marbrer (un fond – les Ateliers d’Isabelle Ravet)

On a pu voir dans la section consacrée à la façon de texturer un fond (ou des parties de fond), qu’il s’agissait d’ajouter de la matière à la toile pour produire des effets. Il est aussi possible de donner du mouvement au fond en appliquant une autre méthode proche de celle du papier marbré.

Originellement, la technique du  suminagashi – encre qui flotte sur l’eau en mouvement – est apparue au  Japon, au XIIe siècle. D’Asie, on le retrouve plus tard en Turquie (ebru) et à Venise.  C’est un art délicat car très « volatile » et fugace.

A l’Atelier Isara, avec Isabelle Ravet, nous avons essayé d’appliquer le processus sur la toile! En principe cette technique se fait à l’encre mais les résultats obtenus (empiriquement) avec l’alkyd et la térébenthine ont été considérés comme assez satisfaisants.

Matériel nécessaire:

une bassine suffisamment grande pour y plonger la toile sur laquelle on veut intervenir,

de l’eau ,
une bâche de protection,

des pinceaux usagés,
des tubes de peintures à l’huile ou alkyd,
de l’essence de térébenthine de bonne qualité,
des récipients usagés pour diluer.

Processus

  1. remplir la bassine d’eau sur 6 ou 7 cm
  2. diluer les peintures dans la térébenthine
  3. déposer les mélanges obtenus à la surface de l’eau
  4. agiter doucement l’eau et déstructurer les grosses masses colorées
  5. plonger la toile bien horizontalement dans la bassine
  6. la sortir, la retourner. Eventuellement lui faire subir quelques petits mouvements léger pour dissoudre les masses de couleur.
  7. laisser sécher soigneusement. Eventuellement éponger très précautionneusement et sans appuyer l’excédent de térébenthine avec un papier essuie tout absorbant.

Si les résultats, comme dans ce premier essai, ne conviennent pas au propos de la composition, essuyer rapidement, sécher et reprendre au  point 2 ci-dessus.

Des essais peuvent être réalisés sur papier avant le travail sur toile.

La version qui a été retenue lors de ces essais convenait au propos de la toile et je l’ai gardée.

 

Photos © Amélie Haut

Texte soumis à la loi sur la reproduction. Autorisation à demander à amelie.haut01@gmail.com

 

Publicités