tendre (la toile)

5 étapes pour bien tendre la toile, AVANT de commencer!

Nous avons déjà évoqué très rapidement le problème des onglets en bois dans l’article relatif à la préparation de la toile. Mais au vu des questions et des difficultés rencontrées pour le placement de ces onglets, il semble utile de revenir sur le sujet.

Rappelons d’abord quelques principes d’achat d’une toile !

  • Il vaut mieux privilégier une toile de bonne qualité qui facilite le travail !
  • On peut choisir plutôt une toile 100% coton, en lin mélangé ou en lin pur (plus cher) et l’on évitera le synthétique (sauf en cas de fond texturé avec du sable ou du papier, par exemple).
  • Aujourd’hui les magasins spécialisés proposent des toiles sur châssis de presque toutes les dimensions. Mais il se peut que vous ayez besoin d’une dimension très particulière ou d’une toile ovale ou ronde, par exemple. Dans ce cas, il est possible d’acheter la toile au mètre qu’il faudra (faire) poser sur châssis une fois la peinture terminée. Les différentes parties du châssis s’achètent alors à la pièce en fonction de la dimension voulue.

Paradoxe : une toile, même sur châssis, a besoin d’être tendue AVANT de commencer à travailler et même AVANT de simplement la préparer.

En effet, si la toile se laisse un tant soit peu aller, le pinceau se heurtera aux bois du châssis et fera des traces, la brosse laissera des traits et des marques au passage sur les bois,… Par ailleurs, une bonne tension aide lors de la peinture de détails, elle permet de la précision, de la finition. Il est donc indispensable de tendre sa toile avant de se lancer en plaçant correctement les onglets en bois (bannissez les onglets en plastic !) qui sont fournis avec la toile sur châssis et avec les structures vendues séparément.

5 étapes pour bien tendre la toile!

  1. Regardez les angles intérieurs du châssis et vous y verrez dans les quatre angles des encoches préparées pour le placement des onglets.

2. Placez toujours l’onglet  inférieur (plus près de la toile) en premier lieu. Pour cela, posez la toile à l’envers sur la table protégée et  orientez-la comme un losange, un angle devant vous.

Tracez une diagonale mentale entre des angles opposés.

Placez le plus grand côté de l’onglet en bois le long de cette diagonale imaginaire (le petit côté de l’onglet se trouve à droite de la diagonale imaginaire) puis insérez-le dans l’encoche inférieure. Enfoncez-le de quelques coups de marteaux délicats… mais fermes. Attention ! Veuillez à bien garder l’onglet parallèle à la surface de toile faute de quoi vous risquez de la trouer .

Vous pouvez aussi garder en mémoire que le plus petit côté de l’onglet se trouve toujours du côté du cadre du châssis.

Répétez l’opération avec l’onglet supérieur (le petit côté de l’onglet se trouve à gauche de la diagonale imaginaire).

 

3. Passez ensuite à l’angle opposé pour installer les onglets, en procédant de la même manière. Puis les deux autres angles.

4.  Si votre toile est grande et que le châssis comporte une barre centrale, n’oubliez pas de placer aussi les onglets centraux (au moins un à gauche et l’autre à droite). (Le principe du petit côté de l’onglet vers le châssis latéral s’applique ici aussi).

On procèdera de la même manière avec une toile au mètre à tendre sur un châssis indépendant.

5. Terminez par quelques coups de marteau ferme sur tous les onglets, en respectant toujours l’ordre un angle/l’angle opposé. Pour savoir si votre toile est correctement tendue, tapez légèrement du doigt dessus: elle doit sonner comme un tambour!

En cours de travail, n’hésitez pas à retendre régulièrement votre toile par quelques coups de marteaux sur les onglets.

 

Et rappelez-vous le conseil d’Isa : plus la toile est tendue, plus le travail est facile !

 

Texte soumis à la loi sur la reproduction. Autorisation à demander à amelie.haut@gmail.com

 

 

 

 

 

 

 

Publicités