Sonia Modock et Jean Vallon à la Galerie Marianne

En mai dernier, j’ai découvert, à la Galerie Marianne d’Argelès sur Mer, deux artistes montpelliérains, Sonia Modock et Jean Vallon, qui exposaient ensemble. Ensemble, ils le sont aussi dans la vie mais ils pratiquent des arts bien différents. Alors que Sonia Modock a opté pour la sculpture, Vallon a choisi la peinture. Pourtant, dans cette exposition, ils se retrouvaient, ensemble encore, dans un hommage à Dali qui a, semble-t-il, beaucoup influencé leur œuvre respective. Vallon exposait une toile dans laquelle, par le jeu de la mise en abyme, les célèbres montres molles s’offrent aux yeux avides de visiteurs qui se pressent dans ce que l’on suppose être une galerie. Modock de son côté a révélé, lors du vernissage, une impressionnante sculpture du fabuleux artiste qui voyait dans la gare de Perpignan, ville toute proche, le centre du monde.

Sonia Modock a longtemps pratiqué la danse, et ça se voit. On est d’abord saisit par la fluidité du mouvement de ses sculptures monumentales en bronze, dont on dirait qu’elles reposent sur un point vital unique, dans un mouvement élancé vers le haut, improbable, aérien, quasiment fugace, retenues par notre seul regard. Ce sont les œuvres appartenant à la série « le Vide et le Plein » qui procurent cette impression, comme cet étonnant visage rouge, réduit à ses simples zones d’expression, bouche écartelée sur un cri resté silencieux, posé à l’entrée de la Galerie pour accueillir le visiteur et lui ouvrir la voie vers les œuvres plus petites comme la série « la Mère et l’Enfant ». Plus classiques dans leur facture, en bronze patine marron classique, ces œuvres intimistes, parmi les premières de l’artiste, sont chargées d’une émotion qu’on dirait libérée par le geste du sculpteur.

Jean Vallon, lui, proposait des toiles où la couleur règne en maître et où l’impression d’immédiateté du trait ajoute à l’intention des séries qui étaient proposées, comme « Ibiza ». Dans ces toiles de grands formats, on ne peut rien distinguer des fêtards qui se pressent dans les discothèques de l’île. Pas d’yeux, pas de bouche, pas de traits, seuls les cheveux longs permettent de distinguer les femmes. Tout est centré sur le mouvement qui fait s’agiter, en rythme supposé, cette concentration de corps. Face à cette évidente critique du troupeau vacancier, Vallon montrait aussi des toiles inspirées de Dali, Picasso ou des orientalistes. Mais toujours traitées avec la même avidité colorée et un humour relativement rare chez les artistes.

On comprend bien, donc, toute l’envie du couple d’exposer ensemble. Cependant, j’ai trouvé que l’éclatante profusion valonnienne étouffait par endroits le travail de Modock, tout en pleins et déliés. A les revoir  dans des expositions individuelles sans aucun doute !

La Galerie Marianne fait un remarquable travail pour proposer chaque année des artistes très différents et venus de tous horizons, comme elle l’avait fait l’an dernier avec Mohamad Omran dont j’ai parlé ici. Qu’elle en soit remerciée !

En juin, les artistes allemands, Romain BURGY et Nabil GHARSALLAH, ont présenté des gouaches sur papier et carton dans le cadre des 30 ans de jumelage entre Argelès sur Mer et Hürth.
Jusqu’au 15 Juillet, exposition d’huiles sur toile de Rémi  SCHWEIZER.

 

Ce texte est soumis à la loi sur le droit d’auteur. Autorisation de reproduction à demander à amelie.haut@gmail.com

Photos Copyright © 2017 Amélie Haut
Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.