Le rêve impossible

Je viens de lire Une main encombrante d’Henning Mankell dans la traduction d’Anne Gibson. Le bandeau orange posé par l’éditeur (Points) au bas de la couverture « une nouvelle enquête de Wallander ». Mais nous savons tous qu’il n’y aura plus, désormais, de nouvelle enquête de Wallander.

En fait, cette encombrante main c’est, comme le précise Mankell lui-même dans un bref avant-propos, une nouvelle écrite il y a longtemps et qu’il a retravaillée en vue d’une publication séparée. Le récit se situe juste avant L’homme inquiet, dernier volume consacré à Wallander.

Pour moi, perdre Mankell à la suite de Wallander a été comme être condamnée à la double peine : c’était perdre à la fois le témoin lucide et l’obsédant chercheur de vérité. Lire Une main encombrante y ajoute une frustration. Celle du rêve devenu à jamais impossible : voir un jour Wallander heureux.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.