L’instant confondant

(Photo A. Haut)

 

Cabestany serait restée une obscure petite ville de quelques milliers d’habitants à mi-chemin entre Perpignan et Collioure si, en 1930, on n’avait mis au jour, dans son église, des sculptures romanes de toute beauté. Le Maître de Cabestany est un exceptionnel sculpteur anonyme de la seconde moitié du 12ème qui travaillait dans un atelier d’artisans de la pierre. Leurs œuvres se retrouvent de Carcassonne à Barcelone et même en Italie, probablement sur le parcours du pèlerinage à Compostelle.

Pourtant, si je me suis retrouvée un dimanche matin, en pleine chaleur déjà, au Centre de sculpture romane de Cabestany – dont la scénographie est, par ailleurs, excellente et originale, d’une modernité étonnante -, ce n’était pas pour voir les sculptures du Maître mais une exposition de photos car le Centre, dirigé par une mairie particulièrement dynamique, propose des expositions dont les sujets abordent autant le Moyen âge que l’art contemporain.

Steve Drevet et Romaric Mandelblat sont enseignants. Et tous deux fumeurs. Ce détail n’est pas sans importance puisque leur légende* raconte que c’est au fumoir du Lycée de Perpignan où ils enseignent le français et l’histoire-géo qu’ils se sont rencontrés ! Et qu’ils se sont découvert une passion commune : la composition de complexes natures mortes évoquant les tableaux de grands peintres comme Chardin, Vermeer, les maîtres baroques ou les orientalistes, qu’ils photographient ensuite sans retouche ni logiciel. Leur obsession majeure déclarée est ce qu’ils nomment « le chemin de lumière » qui permet à l’œil de circuler parmi la composition. Bernard Gout, artiste renommé dans la pratique de trompe l’œil, vient ajouter une patine ancienne dans les fonds.

Ce qui m’a totalement séduite dans ce travail, c’est qu’il y a toujours dans la composition extrêmement travaillée, une intention, un propos. Il s’agit ici de se référer à la catalanité. Tous les produits mis en scène sont catalans, du citron à la rousquille, de la vigatane au cantir**, des escargots aux abricots et des cerises de Céret aux petits croquants (sans oublier les boles de Picolat!). Les objets sont anciens, régionaux et chinés au hasard des vides-greniers. Dans la  mise en espace, rien n’est laissé au hasard, et le champignon, le grain de raisin ou la noisette que l’on pourrait croire oubliés au coin du tableau ne sont là que pour fournir à l’œil les points d’ancrage de la composition.

Ainsi l’intelligence et la finesse minutieuse de la démarche m’ont enthousiasmée. Il s’agit pour Steve Drevet et Romaric Mandelblat de situer les compositions sur cet instant ténu – indécis – où le regard hésite entre l’œuvre peinte et la photographie. La tentation est très grande de les faire désormais basculer vers la toile.

 

« L’instant indécis, entre peinture et photographie« , au Centre de sculpture romane de Cabestany jusqu’au 25 juin 2017 mais aussi sur www.instantindecis.com

*Voir l’article de Catherine Betti, Un petit théâtre d’ombres et de lumières, in Terres catalanes, n° 87, mars – mai 2017.
** Les vigatanes sont les chaussures en cordes avec lesquelles on danse la sardane et le cantir est le mot catalan qui désigne une cruche, généralement en métal.

 

 

Ce texte est soumis à la loi sur la reproduction. Autorisation à demander à amelie.haut@gmail.com

Publicités

Une réflexion au sujet de « L’instant confondant »

Répondre à Yvonne Michiels Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.